Les stratégies pour optimiser son site e-commerce

L’irréprochabilité du service 

Certaines entreprises optent pour un site vitrine pour présenter en quelques pages leur activité, leurs produits et leurs services. Lorsqu’ils sont simples, il est alors plus adapté de s’adresser à des petites entreprises qui cautionnent des offres clé en main en utilisant WordPress. Cela permet à moindre coût de gagner en visibilité, de valoriser l’image de sa marque mais aussi de fidéliser une clientèle plus importante. Parmi les informations que l’on partage aux internautes, il est nécessaire de mettre en avant un service après vente. Cela a pour faculté de rassurer le client, s’il doit s’adresser à l’entreprise pour toute sorte de questionnement. 

Cependant, c’est en se montrant sur les réseaux sociaux, en créant un blog ou un site e-commerce que la visibilité d’une société va réellement s’accroître. Le schéma est le même pour les services et produits qu’elle présente aux consommateurs, et qu’elle ajoute sur un canal de vente. 

Avec le développement des sites internet, les acheteurs deviennent de plus en plus intransigeants, quant à la présentation des produits, le suivi du processus des commandes et des livraisons notamment. Le service doit alors être effectué parfaitement, c’est-à-dire pouvoir répondre aux attentes des clients, mais aussi pouvoir les livrer dans des délais les plus faibles possibles. Cela contribue à augmenter leur niveau de satisfaction auprès de la marque. Il peut également s’avérer intéressant d’étudier la concurrence afin de comprendre les nouvelles attentes des consommateurs.  

En outre, pour améliorer le service finalisation des commandes, dans le cas du dropshipping, il est préférable de choisir un fournisseur qui exerce sur le territoire plutôt qu’un grossiste étranger. En effet, sa fonction est en dehors du territoire, il y aura un délai de livraison plus long. Par exemple, en France, les entreprises de dropshipping garantissent à leurs clients, par l’intermédiaire du fournisseur, une livraison sous 48/72h en moyenne.

L’irréprochabilité du service peut se garantir sous plusieurs autres conditions. L’un des avantages du e-commerce est la faible embauche de salariés. En effet, un e-commerçant n’a besoin de personne pour démarrer son activité en ligne, il peut s’entourer d’employés seulement dans les moments où les ventes s’enchaînent. En revanche, il peut avoir intérêt à engager un sous-traitant qui va pouvoir s’occuper de la gestion du service après-vente ou des réseaux sociaux. Il peut même s’agir de quelqu’un résidant dans un pays en voie de développement où le coût de main-d’œuvre est plus bas. Ainsi, la répartition des tâches permettra un résultat plus qualitatif dans le processus de vente mais aussi envers le client.

Soigner l’expérience client 

Le véritable avantage de la vente en ligne est la personnalisation de l’expérience client. L’internaute, en créant un compte, peut voir en se connectant un message de bienvenue avec son nom, ou encore découvrir des lots d’articles lui étant dédiés et en rapport avec son comportement (ses achats précédents, ses consultations…).

Par ailleurs, les consommateurs peuvent également souscrire à un abonnement lorsqu’ils bénéficient d’un avantage par la suite, comme les livraisons gratuites,

l’accès à plus de produits ou encore des découvertes mensuelles de nouveaux articles. C’est ainsi que la clientèle est fidélisée, se sent privilégiée par la marque. Elle peut ensuite recommander la boutique en ligne à son entourage grâce à l’image positive qui en découle. Il est parfois même possible de devenir ambassadeur, ce qui crée une proximité d’autant supérieure avec le client.

On peut noter que la meilleure façon pour un internaute d’être convaincu à l’achat est de constater que les autres consommateurs ont été satisfaits de leur commande. Il peut donc se révéler utile de mettre à leur disposition une page de recommandations et avis de la clientèle qui souhaite faire partager son expérience.

De plus, les boutiques en ligne sont moins intrusives et certains clients se sentent moins obligés d’acheter que dans des commerces physiques. Il n’y a pas non plus d’interaction avec un vendeur qui peut parfois se montrer insistant. Pourtant, à travers les sites de vente en ligne, les potentiels acheteurs sont tout de même guidés par des messages, pop-ups etc. Toutefois, il est important qu’ils ne soient pas gênés et de leur laisser libre choix dans leur consommation ou non.

Enfin, comparé aux boutiques traditionnelles, les e-shop de dropshipping ne feront jamais face à des attentes interminables devant la multiplication des commandes. En effet, elles sont simplement enregistrées, peu importe le nombre, en attendant leur expédition. Le client peut donc faire ses achats quand il le souhaite en quelques clics sans être découragé. 

Pour le e-commerçant, à mesure que son entreprise se développe, il pourra éventuellement décider d’embaucher des employés pour l’aider à traiter les commandes et donc accepter un volume plus élevé.

Comment gérer efficacement la boutique e-commerce ?

Beaucoup ont la certitude que la vente en ligne est synonyme d’eldorado et se lancent dans le e-commerce les yeux fermés, notamment car il s’agit d’un moyen rapide pour se faire de l’argent. Mais bon nombre d’entre eux oublient qu’il s’agit d’une profession à part entière, donc créer une boutique en ligne demande la maîtrise de nombreuses compétences, comme par exemple en logistique, en webmarketing, en webdesign, en référencement naturel etc. En fait, être gérant d’un site e-commerce est l’un des métiers les plus accomplis liés à Internet et regroupant des savoir-faire complexes et interdépendants.

Pour améliorer la visibilité de son e-shop, afin qu’il soit accessible aux internautes, il faut d’abord lui trouver une identité commerciale, aussi appelée “nom de domaine”. Elle est associée à une adresse IP, qui indique l’adresse internet du site et permet également d’utiliser des e-mails. Un espace de stockage suffisant, un CMS qui correspond au système de gestion du contenu et des produits, doit aussi être introduit en amont du processus de lancement du site. Il ne faut pas non plus négliger sa présentation afin que le e-shop soit intuitif vis-à-vis du client, avec une structure claire et un menu cohérent pour faciliter les ventes.

De plus, le meilleur moyen d’avoir une bonne visibilité sur le web est de soigner son référencement. En effet, un moteur de recherche met en avant les sites qui répondent le mieux à la satisfaction de l’internaute. Donc, c’est en se mettant le plus possible à la place du client qu’une entreprise a le plus de chances de se retrouver hautement référencée par l’algorithme Google par exemple.

Il est à noter, au-delà du site en lui-même, que d’autres problématiques entrent en jeu dans la gestion de projet e-commerce, notamment la création du statut juridique de l’activité (s’il n’y a pas encore d’entreprise physique existante), l’ergonomie, la pérennisation de l’activité etc.

Par ailleurs, la gestion de son site en ligne se fait progressivement, sur des mois voire des années, autrement dit sur du long-terme. Il y a toujours des éléments à améliorer, notamment le catalogue, le mode de paiement, l’interface ou encore la gestion des stocks. Ce paramètre est important à prendre en compte car il ne doit pas être négligé, faute d’efficacité sur les ventes. Un commerce en ligne a aussi pour particularité de gérer le catalogue de produits. Par exemple, il est recommandé d’ajouter un descriptif de l’article et y introduire ses principales caractéristiques (prix, composants, utilisation, lieu de fabrication…). 

L’optimisation des ventes

Grâce au commerce en ligne, on peut aisément augmenter le pourcentage d’estimation des ventes à l’aide de plusieurs types de stratégies. D’une part, le e-commerçant perçoit facilement quels sont les produits “best sellers” au sein de son catalogue, il peut alors les mettre en avant sur son site web, comme par exemple sur la page d’accueil ou dans le menu. Il peut ainsi catégoriser les articles qu’il dédie à la vente et inciter les consommateurs à l’achat. Il peut également procéder à la mise en place régulièrement de promotions, d’éditions limitées avec un compte à rebours qui attire l’œil du consommateur, offrir la livraison etc. Ces stratégies encouragent les internautes à réaliser des achats compulsifs.

De plus, via le e-commerce, il est possible de cibler les clients pour leur présenter de nouveaux articles ou encore de trouver des prospects. Beaucoup ciblent des internautes qui sont venus sur le site mais qui n’ont pas procédé à l’achat. En général, grâce à des pop-ups ou autres opérations marketing, le e-commerçant peut rassembler facilement des informations sur le client. Il suffit ensuite de créer des publicités de retargeting, sur les réseaux sociaux par exemple, et le consommateur se retrouve une nouvelle fois confronté à des articles qu’il a déjà recherché sur le web. C’est donc ce qui l’incite encore une fois à l’achat. Avec le même style de procédure, il est également envisageable de cibler des prospects similaires, extérieurs aux personnes qui ont déjà visité le site. 

Enfin, comme on a pu le constater juste au-dessus, un e-commerçant peut accéder aux analyses de données des clients et obtenir leurs informations personnelles. Cela peut permettre par la suite de poursuivre des études de marché et de relancer les internautes à l’aide de publicités ou de les contacter. Le plus souvent on utilise l’emailing qui s’avère efficace. C’est ainsi qu’on peut encore améliorer ses stratégies marketing, en proposant des réductions ou des offres aux consommateurs, lorsqu’il s’agit de leur anniversaire par exemple. La limite est qu’il ne faut pas dépasser le règlement général sur la protection des données et respecter le client s’il ne souhaite pas être recontacté.

Vous souhaitez qu'on vous rappelle ?

Vous avez un projet sérieux, n'hésitez pas à nous laisser vos coordonnées, on vous rappelle au plus vite !


RAPPEL TELEPHONIQUE